Chers futurs clients, C'est Noël chez les Tricolores 🐓 Nous vous offrons une remise de 10% avec le code TRICO10 🎁 valable jusqu'à la fin du mois de janvier.
les tricolores
les tricolores
Ouvrir un barber shop en 2021 : les règles à savoir

CRÉATION D'ENTREPRISE

Ouvrir un barber shop en 2021:
les règles à savoir


    Le soin de beauté et l’esthétique masculine commencent à avoir une place non négligeable dans le monde des soins esthétiques en général. À l’instar des salons de coiffure pour femmes, l’ouverture des salons destinés aux hommes ou barber shop prend de plus en plus d’augmentation en volume, soit une augmentation de 6 % par an. Ce chiffre est justifié par le retour de la tendance des barbes, la plupart des hommes se mettent en valeur avec leur barbe bien entretenue. Ouvrir un barber shop est un bon projet, le secteur étant très prometteur. Ce dossier traite d’une part, tout ce qu’il faut savoir sur le marché ; d’autre part, les formalités à suivre pour ouvrir un Barber Shop.

     

    Ouvrir un barber shop : les règlementations relatives au métier

     

    • Quelles sont les formations nécessaires ?

     

    Pour rappel, le barbier est un coiffeur pour hommes qui prend soins et entretien les cheveux, la barbe et la moustache. Comme tout métier de l’esthétique, le métier de barbier ne s’improvise pas, il doit être exercé selon les règles de l’art. En outre, le métier exige le maniement de matériel sophistiqué. Par conséquent, pour pouvoir accéder à la profession, l’intéressé doit avoir les qualifications professionnelles requises.

    Ainsi, peut être barbier et ouvrir son propre salon, toute personne détenant l’un des diplômes suivants :

    - Un brevet professionnel de coiffure : le diplôme nécessaire pour le barbier qui veut créer et gérer son entreprise ;

    - Un brevet de maitrise de coiffure : un diplôme à un niveau supérieur, ce brevet a permis à l’intéressé d’acquérir les connaissances managériales ;

    - Un diplôme ou un titre homologué par le répertoire national des certifications professionnelles.

    Tout barbier doit être inscrit dans le registre des métiers. Or, l’inscription au registre des métiers nécessite l’accomplissement d’un stage, dit stage de préparation à l’installation. Ce stage correspond à 30 h de pratique et doit être organisé par un organisme autorisé. Le stage d’installation permet au barbier, non seulement, de se familiariser au côté pratique du métier, mais également à acquérir des expériences managériales. Le stage de préparation à l’installation n’est pas gratuit, il est onéreux. Pour pouvoir accéder au stage, il y a un frais à payer.

    Enfin, à défaut de diplôme, il faut justifier d’une expérience professionnelle de trois ans en tant que gérant d’un salon ou en tant que travailleur indépendant.

     

    • Quelles sont les obligations liées à l’exercice du métier ?

     

    Tout barbier ainsi que tout barber shop est soumise à certaines obligations. Ce sont entre autres :

    • Normes de sécurité et d’accessibilité : ce sont les normes relatives aux établissements recevant du public (ERP), telles que la sécurité incendie, extincteurs, boîte à pharmacie et l’accessibilité des locaux aux personnes handicapées ;
    • Normes d’hygiène : il peut sembler anodin d’évoquer cette obligation, mais il est opportun de rappeler que ces normes sont relatives au nettoyage des locaux et des matériels utilisés afin d’éviter toute transmission de maladie ;
    • Affichage des prix de prestation : les prix des prestations doivent être visibles à l’intérieur qu’à l’extérieur du salon.

     

    Ouvrir un barber shop : les étapes à suivre

     

    • Définir le concept

     

    Avant de définir le concept, il est opportun de faire une étude du marché. Cette étude correspond notamment à identifier la clientèle cible ainsi qu’à étudier la concurrence dans les alentours pour apporter la différence.

    Lorsque cette étude est terminée, il est important de définir le concept en se posant des questions pertinentes :

    - Quel est le type de soins à proposer ? Visage uniquement ? Ou visage et cheveux ? Coupe seulement ou coupe et coloration ?

    - Le barber shop va-t-il vendre des produits et matériels de beauté ?

    - Quels sont les services pour pouvoir satisfaire la clientèle ? Ces services peuvent être un coin café ou magazines pour les clients.

    - Exercer en indépendant ou sous une enseigne en franchise ?

     

    • Choisir son statut juridique

     

    Cette étape a une grande importance dans la mesure où la forme juridique de l’entreprise détermine le régime fiscal, social et juridique ainsi que la responsabilité des dirigeants.

    Les statuts juridiques les plus adoptés dans le Métropole sont :

    - la SARL ou société à responsabilité limitée si plusieurs associés, son équivalent unipersonnel EURL ;

    - la SAS ou société par actions simplifiée ou SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle).

     

    • Élaborer la stratégie de communication et le plan de marketing

     

    Pour se faire connaître et attirer de la clientèle, il convient d’élaborer des stratégies de communication. Pour ce faire, il faut miser sur le visuel du barber shop et faire une large diffusion de publicité sur tous les supports de communication.

    Le plan de marketing va de pair avec la stratégie de communication.

     

    • Inscription au registre des métiers

     

    En tant qu’artisan, le barbier doit être immatriculé au répertoire des métiers de la chambre des métiers et de l’artisanat.

     

    • Rédaction des statuts du barber shop

     

    Les statuts doivent mentionner toutes les informations relatives au barber shop et éventuellement relatives à l’identité du gérant.

     

    • Dépôt du capital social

     

    Avant la signature des statuts, il faut procéder au dépôt du capital social. Le capital social représente tous les apports faits par le ou les associés.

     

    • Publier un avis de constitution

     

    Un avis de constituer doit être publié dans un journal habilité à oublier des annonces légales dans le département du ressort du siège social. Cette étape permet d’informer les tiers.

     

    • Dépôt de la demande d’immatriculation

     

    Le dossier relatif à la demande d’immatriculation doit être déposé au centre de formalités des entreprises du siège du barber shop, en vue d’obtenir un extrait Kbis. Le dossier doit être accompagné de toutes les pièces nécessaires.

     

    Si vous êtes tenté par l’aventure, on a évoqué tout ce qu’il faut savoir pour ouvrir un barber shop. Il convient, toutefois, de rajouter à ces informations indispensables, qu’il faut évaluer tous les coûts nécessaires à l’ouverture du barber shop. Cette évaluation permet de prévoir la possibilité ou non de recourir à une recherche de financement.

     

     

     

    domicilier mon entreprise

    Max Zylberman Max Zylberman

    Max avait pour projet de lancer une startup afin faciliter les démarches administratives
    d’une entreprise particulièrement la domiciliation de l’entreprise.

    Articles similaires